Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Compétitif face à la Russie

réservé aux abonnés

 - -->

Dans un contexte de forte demande internationale,

«Depuis plusieurs semaines, les prix du blé tendre français ont retrouvé de la compétitivité, notamment à l’ex­port, face à des prix russes et ukrainiens qui restent hauts, indique Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel. Malgré une récolte plus faible et des prix que certains pourraient juger élevés, on constate que nos origines sont tout à fait en phase avec la demande internationale. » La Russie connaît en effet un phénomène de rétention chez les producteurs, en raison « de doutes sur leur monnaie, qui s’est fortement dévaluée, commente le spécialiste. Les prix russes ont beau être records libellés en rouble, ils sont au même niveau que chez nous lorsqu’ils sont libellés en dollar en zone export. »

Quota russe de 15 Mt

La Russie envisagerait la mise en place d’un quota à l’exportation des céréales de 15 Mt à partir de février. « C’est avant tout pour rassurer les opérateurs locaux, tels les fabricants d’aliments du bétail ou les meuniers, qui voient d’un mauvais œil les prix élevés et craignent que du volume puisse partir à l’export », précise Gautier Le Molgat. Selon lui, ce quota ne devrait pas nuire à la capacité d’export de la Russie : « Le pays a déjà beaucoup exporté. Un volume de 15 Mt serait largement suffisant pour répondre à l’objectif prévu. Sans oublier que le marché russe est en hausse continue depuis la mi-août, il est normal de vouloir le calmer. »

Le dernier rapport mensuel du ministère américain de l’Agri­culture (USDA) a par ailleurs revu à la baisse les stocks aux États-Unis, « ce qui a aussi impacté les prix, face à une demande internationale importante qui pousse à l’export », ajoute l’expert. Le marché devrait rester tendu à l’approche de la deuxième partie de campagne, malgré l’arrivée des récoltes australiennes et argentines : « Après une année catastrophique, l’Australie va potentiellement faire une bonne récolte et devrait compenser le moindre volume ex­portable en Argentine, qui est impactée par le phénomène de la Niña. »

Justine Papin

Le blé, substitut du maïs pour le bétail

« Les derniers chiffres de l’USDA ont mis en avant une situation tendue du maïs à l’échelle internationale, liée à l’augmentation des importations chinoises, indique Gautier Le Molgat. En conséquence, les prix du maïs grimpent, ce qui redonne de l’intérêt à ses substituts en alimentation animale, comme le blé. Cela contribue aussi à tendre le marché du blé. »

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, les prix se stabilisent

Les prix du blé étaient en léger repli le vendredi 17 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, où les prix se stabilisent à un niveau élevé.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !