Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Blé : alerte rouge pour les exportations françaises

réservé aux abonnés

 - -->
Comme prévu, les exports de la Russie ont démarré en trombe, dopés par une offre pléthorique. © AFP/Novosti

Le blé français peine à l’export face à la mer Noire. L’entrée dans la course de l’Argentine et des USA va encore compliquer sa tâche.

Des volumes retrouvés et une excellente qualité : la récolte de blé tricolore 2017 dispose, sur le papier, de tous les atouts pour retrouver son rang à l’export après la catastrophe de 2016-2017. Problème : elle n’est pas la seule, et la compétition internationale féroce risque bien de limiter le redressement des expéditions de blé français hors de l’UE.

Comme prévu, les exportations de la Russie ont démarré en trombe, dopées par une offre pléthorique. Le blé russe à 11,5 % de protéines (qualité requise pour concourir sur la plupart des marchés africains, à l’exception notable de l’Égypte, plus exigeante) a affiché une compétitivité insolente entre le début de campagne et la mi-octobre. Cette avance lui a permis de maintenir des flux vers le Sénégal et le Cameroun, anciennes chasses gardées du blé français, avant que la campagne 2016-2017 ne leur ouvre grand la porte. Le début de saison confirme ainsi la crainte née au cours de la saison passée : les pays d’Afrique subsaharienne, qui ont goûté – et apprécié – les blés russes faute de blé français, ne réservent plus d’exclusivité à ce dernier, qui doit désormais s’aligner en termes de prix face à la concurrence mer Noire. Mêmes causes, mêmes effets, le blé ukrainien a empoché une bonne partie des achats de la Mauritanie depuis juillet. Pour notre blé, ce sont autant de ventes envolées.

Chargements argentins vers l’Algérie

Après avoir fait jeu égal avec le blé russe durant la seconde quinzaine d’octobre, le prix de l’origine France s’est de nouveau fait distancer début novembre, ce qui n’est guère encourageant pour la suite. D’autant plus que la menace n’est pas seulement russe. L’Argentine se lance à son tour dans la course. La récolte qui débute s’annonce bonne, en qualité et en quantité, et devrait permettre à ce pays de réaliser un excellent score sur l’Algérie .

Malgré le désavantage d’un coût de fret supérieur, le prix Fob très agressif du blé argentin confère à ce dernier l’avantage face à la France. Pour preuve, déjà près de 0,4 million de tonnes ont été chargées pour l’Algérie ces dernières semaines, ouvrant une large brèche dans ce qui constituait le seul débouché export réellement préservé pour la France jusqu’ici. Avec des perspectives également délicates sur le Maroc (voir encadré), les prix du blé français risquent de subir la pression de l’offre mondiale tout au long de la saison. Et plus le temps passe, plus la course s’apparentera à un sprint et non plus à un marathon pour espérer décrocher les ventes, qui éviteront au bilan français de s’alourdir excessivement.

Gabriel Omnès Tallage/Stratégie Grains
©
Compétition très ouverte sur le Maroc

La forte réduction des taxes à l’importation, qui sera effective à partir de décembre, va ouvrir la saison d’importations pour le royaume chérifien… et la partie s’annonce serrée. Le calcul des prix rendu Maroc indique en effet un positionnement compétitif des blés ukrainiens et russes à 11,5 % de protéines, ainsi que de des blés argentins, tandis que le blé français est légèrement plus cher. Les blés mer Noire sont donc bien placés pour s’arroger une partie conséquente des importations marocaines, tandis que l’interrogation demeure sur la possibilité de l’Argentine d’effectuer une grosse percée sur ce débouché. Il faudra aussi compter avec le blé américain : il devrait bénéficier, début 2018, de l’ouverture d’un quota à droit réduit pour 400 000 tonnes, et les prix actuels laissent penser qu’il pourrait « calculer » dans ce cadre face à l’origine UE.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, les prix se stabilisent

Les prix du blé étaient en léger repli le vendredi 17 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, où les prix se stabilisent à un niveau élevé.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !