Bien que la demande en viandes et en produits laitiers retrouve des couleurs avec la normalisation de l’activité économique, le coût élevé des céréales et des tourteaux n’incitent pas les éleveurs à acheter beaucoup d’aliments composés, expose le cabinet d’études Tallage.

Les cours du tourteau de soja ont légèrement reculé sur le marché français (396 €/t le 25 octobre à Lorient/Montoir) malgré la progression du cours de la fève.

Quant au pois fourrager, il reste très élevé, soutenu par les prix du blé, et par la chute des disponibilités mondiales cette année (écroulement de la récolte de protéagineux au Canada, avec les températures extrêmes de l’été).