Le constructeur allemand n’a pas attendu un an après le lancement sur le salon Agritechnica 2017 pour apporter trois nouveaux modèles dans la gamme de chargeuses articulées : les Torion Sinus 956, Sinus 644 et Sinus 537. Le nom Sinus permettra de différencier ces machines du reste du catalogue.

L’essieu arrière directionnel permet de faire passer l’angle de braquage de l’ensemble à 55°, soit 15° de plus que les modèles classiques. © l.coassin

Principale nouveauté, l’essieu arrière directeur vient s’ajouter à l’articulation centrale rendant l’outil encore plus maniable. Cet essieu ajoute un angle de braquage de 25° à l’ensemble. Ceci a permis à Claas de réduire l’angle de rotation de l’articulation centrale de 40° à 30°. Celle-ci génère donc moins de risque lors des manœuvres. La capacité et la hauteur de levage maximal de la machine ont donc été revues à la hausse.

© l.coassin

Des hauteurs de 3,79 m pour la Sinus 644 à 4,01 m pour la Sinus 956 au point d’articulation du godet seront atteignables grâce au mât de levage High Lift en option. Sur le modèle Sinus 956, l’essieu arrière oscille de 5° pour suivre les imperfections du terrain.

La cabine de la Sinus 537 dispose des mêmes dimensions et équipements que les autres modèles de la gamme Sinus © l.coassin

Le confort a également été revu puisque la cabine des deux plus gros modèles 644 et 956 équipera dorénavant la Sinus 537. Le chauffeur dispose donc du même espace et des mêmes équipements que sur les gros modèles. Seule la taille de l’écran diffère d’un modèle à l’autre. Celui-ci, positionné sur le montant droit, affiche les informations principales en couleur sur 7 pouces pour la Torion 956 contre 4 pouces sur les Torion 644 et 537.

Une transmission hydrostatique à deux rapports permet à Torion Sinus d’atteindre les 40 km/h © l.coassin

Des moteurs Yanmar Stage 5 de 68 et 73 ch équipent les Sinus 537 et 644 tandis qu’un DPS Stage 4 de 106 ch équipe la Sinus 956. Ces moteurs entraînent tous une boîte de vitesses hydrostatique à deux rapports. Cette dernière permet même aux petits modèles d’atteindre la vitesse de 40 km/h, réduisant ainsi le temps passé lors les changements de sites.

Claas et son partenaire Liebherr auront donc mis moins d’un an pour prendre en compte et répondre aux premiers retours de ses utilisateurs.