« Ma fille, Christine, est infirmière au service de réanimation du CHU de Brabois, à Vandœuvre-lès-Nancy, explique Francis Claudepierre. Elle est mobilisée douze heures par jour sans interruption, parce qu’une partie de son équipe est malade. Ils vivent une situation de guerre. Les malades arrivent de Mulhouse, de Strasbourg… Ma fille et ses collègues ont chaque jour rendez-vous avec la catastrophe. Nous devons les soutenir. » L’éleveur laitier de Mignéville, dans la Meurthe-et-Moselle, a pris son bâton de pèlerin le 23 mars et est allé frapper à la porte de ses voisins agriculteurs pour récolter fromages, rillettes, terrines et pains. Tout a depuis été distribué au service de réanimation. « Ça leur a apporté un peu de réconfort. » Le producteur s’est engagé avec ses collègues à renouveler son geste chaque semaine. « C’est du temps de repos de gagné pour eux. » Président de Trame, le réseau associatif de développement agricole et rural, il lance un appel pour créer « un effet boule de neige » dans toute la France.

R.A.