En bio, David paye en moyenne ses aliments 700 €/t. « Pour les volailles de chair, je réduis ce coût en utilisant du blé les quatre dernières semaines, acheté à 300 €/t », précise-t-il. Il a aussi pris en fermage 17 ha portant de la luzerne, sur lesquels il va cultiver en rotation du blé, du triticale et de la féverole. Il compte produire 40 % de ses matières premières....
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
52%

Vous avez parcouru 52% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !