Rouleau Devastator sous le cueilleur, chaîne à brosses, épanouilleur à doigts… Il flotte comme un air de Midwest américain sur l’exploitation de David Lourme, à Nouans-les-Fontaines (Indre-et-Loire). « Pour la culture et la récolte du maïs, les Américains ont quinze ans d’avance sur nous, affirme l’agriculteur. Alors quand je rencontre un problème spécifique, c’est tout naturellement que je vais chercher une solution chez eux. »

 

Le Devastator entre en action dès que le chauffeur commence à rouler. Il fonctionne sur le même principe qu’un rouleau Faca. © C. Le Gall
Le Devastator entre en action dès que le chauffeur commence à rouler. Il fonctionne sur le même principe qu’un rouleau Faca. © C. Le Gall

Installé en Gaec, David Lourme exploite 400 hectares, un atelier porcin (naisseur-engraisseur) et un autre de poules pondeuses. Certaines de ses parcelles ont un très bon potentiel en maïs, auquel il consacre 80 à 100 hectares par campagne. « Le rendement dépasse régulièrement 100 q/ha et peut atteindre 130 quintaux, précise David. Lorsqu’il est très bon, comme cette année, la récolte s’étire sur plusieurs semaines car l’intégralité du maïs est consommée par nos porcs et notre silo n’est pas extensible. De plus, en raison de notre installation d’irrigation, nous pratiquons du maïs sur maïs sur certaines parcelles. » Compte tenu de tous ces paramètres, c’est sans grande surprise que David Lourme a été victime d’une attaque de pyrale lors de la précédente campagne.

 

Avec le Devastator, il n’est plus indispensable d’utiliser le broyeur d’origine du cueilleur. © C. Le Gall
Avec le Devastator, il n’est plus indispensable d’utiliser le broyeur d’origine du cueilleur. © C. Le Gall

Une solution originale

« Les broyeurs traditionnels n’y ont rien fait, déplore David Lourme. On voyais les pyrales courir en bas des tiges. Certains montages avec des broyeurs plus agressifs proposés en Allemagne ne conviennent pas chez nous car il y a des silex dans nos champs. » C’est chez Yetter, importé en France par Agriser, qu’il a trouvé une réponse. Baptisé Devastator, le rouleau destructeur de tiges s’installe directement sous le cueilleur. Outre-Atlantique, il est utilisé pour protéger les pneumatiques qui sont percés et déchirés par les tiges très dures des maïs OGM. David Lourme y a vu la solution à son problème de pyrale.

 

Le rouleau est simplement boulonné sous le cueilleur. Contrairement au broyeur, il ne nécessite pas de puissance supplémentaire. © C. Le Gall
Le rouleau est simplement boulonné sous le cueilleur. Contrairement au broyeur, il ne nécessite pas de puissance supplémentaire. © C. Le Gall

Simple et efficace

Le rouleau hacheur s’installe sous l’extrémité de la chaîne. « Le dispositif est passif, puisque c’est l’avancement de la moissonneuse-batteuse qui fait tourner le rouleau, précise David. Il n’y a donc aucun raccord hydraulique ou mécanique à faire, il suffit de boulonner l’ensemble à la bonne hauteur. Le montage a été fait rapidement à la ferme. » Le Devastator ressemble à un rouleau Faca, avec des lames transversales en acier. Les supports sont montés sur Silentbloc afin d’assurer une certaine suspension au dispositif.

Les tiges sont découpées en résidus de 1 à 2 cm et laissent un horizon uniforme. Sans environnement favorable, les pyrales sont sensibles aux éléments, en particulier le gel. © C. Le Gall
Les tiges sont découpées en résidus de 1 à 2 cm et laissent un horizon uniforme. Sans environnement favorable, les pyrales sont sensibles aux éléments, en particulier le gel. © C. Le Gall

 

En cabine, David ne se préoccupe pas du Devastator. « Il entre automatiquement en action quand je baisse le cueilleur et commence à rouler, se félicite l’agriculteur. En revanche, avec ce dispositif, je peux me passer du broyeur d’origine, ce qui représente une économie de carburant. » Derrière la moissonneuse-batteuse, le résultat est impressionnant. Les tiges restantes ne mesurent qu’un ou deux centimètres. Il ne reste donc plus d’abris disponible pour les pyrales.

 

Les roulements à billes du rouleau Yetter ne nécessitent ni graissage, ni entretien. Ils sont protégés contre l’intrusion des résidus. © C. Le Gall
Les roulements à billes du rouleau Yetter ne nécessitent ni graissage, ni entretien. Ils sont protégés contre l’intrusion des résidus. © C. Le Gall

Des brosses en test

En contact régulier avec des équipementiers américains spécialisés dans la culture du maïs, David Lourme teste actuellement sur un rang une solution développée par 360 Yield Center. « Il s’agit d’un système de brosses sur la chaîne du cueilleur qui évite de perdre des grains au sol en réduisant les rebonds et en supprimant les interstices autour de la chaîne », précise David. Il connaît bien 360 Yield Center puisqu’il a déjà monté leur épanouilleur à doigts sur son cueilleur.

 

David Lourme teste ce dispositif à brosses de 360 Yield Center afin de limiter les pertes de grains au sol © C. Le Gall
David Lourme teste ce dispositif à brosses de 360 Yield Center afin de limiter les pertes de grains au sol © C. Le Gall

« Je n’hésite pas à contacter ces entreprises américaines dès que j’ai une question car elles offrent des solutions qui n’existent pas en Europe. Et même si je ne suis pas toujours très à l’aise en anglais, on arrive toujours à se comprendre sur la technique », plaisante l’agriculteur.

Corinne Le Gall