Les vallées isolées des basses Alpes et de la Haute-Provence ont, durant des siècles, été le fief des « paysans tisserands ». Les familles d’éleveurs-polyculteurs rassemblaient la laine de leurs moutons, la triaient et la lavaient. L’hiver, femmes et enfants fabriquaient le fil, tandis que les hommes tissaient le drap. Puis, au moulin à foulons, on feutrait ce tissu en le battant pour le rendre plus résistant. Jusqu’à 18 000 pièces étaient ainsi produites chaque année, transportées à dos de mules pour être vendues. Ces épaisses étoffes imperméables, de la couleur des bêtes ou bien teintées, habillaient les bergers, les marins, les soldats et protégeaient le dos des mules.

En 1818, un certain André Honnorat décide d’industrialiser le procédé. Il regroupe dans un même bâtiment toutes les étapes de la fabrication, de la toison au drap de laine. La matière première se trouve en abondance et des sources d’eau sont captées pour la nettoyer et apporter l’énergie motrice aux machines. Son entreprise de Saint-André-les-Alpes emploie jusqu’à cent ouvriers. Les propriétaires des moulins à foulons, qui ont le capital nécessaire, suivent son exemple. Une vingtaine de draperies sont ainsi construites dans les communes alentour.

Le village de Beauvezer devient l’épicentre de cette activité. En faisant le tour aujourd’hui, il est possible de découvrir de l’extérieur l’architecture typique des fabriques de draps de laine. Il s’agit de longues bâtisses imposantes de quatre étages, en pierres du Verdon, munies de nombreuses fenêtres pour apporter de la lumière aux ateliers. Devant, sur de vastes calades en pierres, séchaient les étoffes.

Les drapiers des Alpes ont exercé plusieurs décennies puis fermé, concurrencés par les draps de laine plus fins et plus souples, conçus en Grande-Bretagne. La dernière fabrique - la petite draperie Trotabas - a maintenu une activité jusqu’en 1968. À l’aide d’une tablette prêtée par l’office de tourisme, et d’une application, les visiteurs du Haut Verdon découvrent cette histoire.

Alexie Valois

En savoir plus : secrets-de-fabriques.fr/patrimoines/draperies-du-verdon