«Le premier danger d’une trop faible variabilité génétique est l’apparition d’anomalies ou de tares, nécessitant la mise en place de règles très strictes d’accouplement et de sélection pour parvenir à leur éradication. Le progrès génétique est le fruit de l’expression de plusieurs gènes. Plus on sollicite la même ressource génétique, plus les possibilité...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
72%

Vous avez parcouru 72% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !