«Le premier danger d’une trop faible variabilité génétique est l’apparition d’anomalies ou de tares, nécessitant la mise en place de règles très strictes d’accouplement et de sélection pour parvenir à leur éradication. Le progrès génétique est le fruit de l’expression de plusieurs gènes. Plus on sollicite la même ressource génétique, plus les possibilités d’améliorer les performances sur de nombreux caractères se réduisent. En race pure, il est donc essentiel de prendre en compte la consanguinité dans les étapes de création, de sélection et de diffusion génétique, afin de limiter sa progression naturelle. Seul le croisement permet de réduire le niveau de consanguinité dans une population. »