Des échanges entre la chambre d’agriculture francilienne, l’Établissement public territorial de bassin Seine Grands Lacs (qui gère les crues), Voies navigables de France et l’Administration sont en cours. Le but est de créer un fonds d’indemnisation financé par la taxe Gemapi (gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations), qui dédommagerait les agriculteurs victimes de sur-inondations, comme en 2018. « Malheureusement, la crise sanitaire a ralenti les démarches, déplore Christine Hermans, agricultrice à La Grande-Paroisse (Seine-et-Marne). Nous avons encore beaucoup de travail. »