Quinze agriculteurs de Picardie et Normandie livrant leurs betteraves à Saint Louis Sucre ont annoncé leur projet de création d’une organisation de producteurs (OP), Avenir Sucre, qui se présente comme une alternative aux deux autres OP annoncées des betteraviers de Roye (Somme) et d’Etrépagny (Eure). « Contrairement à celles-ci, notre structure est complètement indépendante de la CGB. Nous ne souhaitons pas opérer par le biais d’un transfert de propriété des betteraves », explique Dominique Ignaszak, basé dans l’Aisne, l’un des porteurs du projet. « Nous avons fait appel à la CGB pour résoudre des questions juridiques, mais l’OP est ouverte à tous les planteurs, de tout bord syndical, se défend Alexis Hache, président de la Sica, future OP d’Étrépagny. Nous estimons que le transfert de propriété des betteraves est un atout pour peser davantage face à Saint Louis Sucre. »

Un décret fixant les conditions de reconnaissance de telles OP dans la filière betterave est attendu.