Dans les Vosges, aux confins de la Meurthe-et-Moselle, les attaques de loups se sont intensifiées au cours des derniers jours. Au point que Romain Bigeon, exploitant à Punerot (Vosges), envisage de cesser la production ovine. Au total, en cinq ans, il a perdu plus de quarante têtes.

« La pression est importante dans ce secteur, dans les deux départements », constate Dominique Candeau, conseiller ovins à la chambre d’agriculture. En 2019, les Vosges ont enregistré 51 attaques pour 114 brebis tuées. La Meurthe-et-Moselle a vu, dans le même temps, les agressions doubler, pour atteindre le nombre de 122, et 254 animaux domestiques tués.