Des agriculteurs sur la scène du festival des Vieilles Charrues à Carhaix, dans le Finistère, ce n’est pas banal ! Lors de l’assemblée générale de l’association Agriculteurs de Bretagne, ils étaient près de sept cents réunis sur le site, le 12 juillet 2021. À cette occasion, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, est venu échanger sur leur projet stratégique visant à renforcer le dialogue entre agriculteurs et consommateurs.

« Nous sommes convaincus que chaque rencontre entre un agriculteur et un consommateur est un pas fait l’un vers l’autre, pour une meilleure compréhension et acceptation des choix de l’un, et des attentes de l’autre », a lancé Dominique Gautier, productrice de porcs à Trévérec, dans les Côtes-d’Armor, et vice-présidente de l’association. Parmi les axes forts du projet stratégique figure notamment le soutien au dialogue et la formation des agriculteurs à la communication avec le public. « Ce qui n’est pas forcément dans nos gènes », a admis l’éleveuse.

Agriculteurs de Bretagne s’engage à mettre en place un indice de référence pour mesurer la confiance du consommateur. Mais aussi « à promouvoir la diversité de tous les systèmes agricoles en établissant un circuit court de la communication ».

Souveraineté alimentaire

« Il faut renforcer le lien avec le consommateur sur un mode offensif, jamais défensif, pour montrer que les transitions sont en cours », a approuvé le ministre. Citant l’écrivain Metin Arditi, Julien Denormandie a déclaré que « l’esprit français, c’est la cohabitation des contraires ».

Enfin, il a invité les agriculteurs à remettre au centre de leurs préoccupations les valeurs nutritionnelles et environnementales, tout en précisant que « ces qualités doivent se rémunérer à leur juste valeur ».

Le ministre a été particulièrement applaudi lorsqu’il a salué les efforts des agriculteurs bretons en matière de souveraineté alimentaire.

Isabelle Lejas