Dans la Nièvre, le nombre de vêlages a baissé de 10 % les trois dernières années, avec une stabilisation autour de 130 000 naissances en 2020 et des prévisions de 128 000 en 2021. Cette tendance est aussi observée en Saône-et-Loire. Les sécheresses, les revenus en berne et le plafonnement de l’aide aux bovins allaitants (ABA) expliquent cette évolution. Pour l’instant, la surface en herbe se maintient.