Les défenseurs du rameau laitier de la race salers ne regrettent pas leur ténacité. La mixité d’un système produisant à la fois un lait fromageable et un broutard retrouve ses lettres de noblesse. « Nous ne sommes plus sur la défensive pour devenir forces de propositions, se réjouit Géraud Delorme, éleveur à Joursac (Cantal) et président de l’association Traditions salers. Celle-ci regroupe...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !