Le 2 juin, le groupement de porcs Evel’Up a annoncé que « l’ensemble des présidents des groupements de producteurs de porcs du Grand Ouest (Elporc, Seretal, Syproporcs, Porvéo, Porc Armor, Eureden et Agrial) se sont engagés à apporter 15 % de leur production hebdomadaire au marché du porc breton (MPB) ». Chacun de ces groupements s’est engagé à augmenter de 1 % ses apports hebdomadaires au marché pour atteindre 15 % à échéance de la semaine 35, soit le jeudi 1er septembre. « La défense de l’intérêt de tous les éleveurs de porcs français est à ce prix. Leur revenu est directement indexé sur la fixation d’un vrai prix de marché, déterminé collectivement par les groupements concernés », réaffirme Philippe Bizien, président de Evel’Up.

Le 5 mai, cette structure avait fait un appel aux groupements pour sauver le MPB qui ne fonctionne plus correctement depuis sept ans, porté à bout de bras par deux groupements de producteurs, Evel’Up et Porélia. Ces deux coopératives représentent 80 % des porcs présentés au marché alors qu’elles pèsent à peine plus de 20 % de la production française.