Avec 1 300 hectares semés cette année dans 130 exploitations, le sorgho-grain se taille petit à petit une place dans les assolements du sud de l’Eure, de l’Eure-et-Loir et des Yvelines. Sous l’impulsion de la coopérative NatUp, une filière est en cours d’expérimentation. Cette plante, économe en intrants et récoltée à l’automne, est résistante à la sécheresse. Avec 50 à 60 q/ha de rendement en moyenne, elle assurerait une rentabilité comparable à celle du maïs grain. Une source d’espoir pour des céréaliers exposés à la volatilité des marges et des rendements pour les cultures classiques de blé, orge et colza.