Le niveau des aides Pac, amortisseurs importants en cas d’année difficile, ne devrait pas être globalement remis en cause, estime le CerFrance régional. Certains secteurs, tels que les plateaux de Bourgogne disposant de faibles marges de manœuvre pour ajuster leurs assolements, pourraient avoir du mal à accéder au niveau supérieur de l’écorégime. Pour la nouvelle aide couplée bovine, le point de rupture se situera autour des 90 vaches allaitantes. La réduction du nombre de vêlages et l’allongement du cycle de production (engraissement des femelles) pourraient constituer des voies d’adaptation.