Avec le réchauffement climatique, le niveau de la mer risque de monter et de compliquer la gestion des wateringues, le réseau de fossés et de canaux qui draine les basses terres du littoral du Nord et du Pas-de-Calais autour des villes de Calais, Dunkerque et Saint-Omer. Un jeu de stations et de pompes permet de réguler le niveau de l’eau de ce vaste réseau qui quadrille quelque 85 000 hectares, creusé progressivement par les hommes à partir du XIe siècle. L’Institution intercommunale des wateringues, qui régit le réseau en lien avec les acteurs du territoire, regroupés par petit secteur en « sections », et Voies navigables de France (VNF), a lancé une étude pour adapter le réseau de fossés et de canaux à l’augmentation du niveau de la mer, en renforçant par exemple les pompes. Les agriculteurs demandent également que toute l’eau drainée ne soit plus renvoyée à la mer pendant l’hiver et que des retenues puissent être créées, afin de permettre d’irriguer lors d’épisodes de sécheresse, qui sont aussi plus fréquents que par le passé.