Le 14 septembre, 250 à 300 mm de pluie sont tombés en quelques heures. La plaine littorale a été inondée. Localement, les dégâts sont importants, avec des vignes et des légumes de plein champ limonés, des troupeaux à sécuriser en urgence. Cette fois, il ne s’agit pas d’un épisode cévenol. « Il n’y a pas eu d’orages en amont, ni de vent du sud qui fait remonter l’eau de la mer dans les rivières. Ce sont de petits affluents qui ont débordé. Faute d’entretien, l’eau n’arrive plus à s’écouler assez vite ! », dénonce Patrick Compan, vice-président de la chambre d’agriculture.