LOZÈRE. Autour du mont Lozère, plus de vingt-cinq bovins ont été retrouvés morts en deux semaines. Des prélèvements réalisés sur trois veaux ont permis d’identifier la bactérie du charbon, responsable de leur décès. Pour autant, sa présence n’explique pas tout. « Ce n’est pas elle qui a effrayé notre troupeau ! », estiment les associés du Gaec Meyrueix, au Pont-de-Montvert. Des animaux affolés qui sautent des clôtures, cela ressemble plutôt à une attaque de prédateur. « À proximité d’un broutard qui s’était pris dans une clôture, des traces de loup ont été retrouvées », note Jean-François Maurin, le président de la FDSEA. Le stress provoqué par ces attaques pourrait avoir fragilisé les animaux et facilité la propagation de la maladie. Celle-ci touche surtout les jeunes bovins de moins de deux ans. Pour les protéger, les associés du Gaec Meyrueix les ont rentrés et vaccinés.