Certains bouilleurs de cru (statut du propriétaire récoltant à ne pas confondre avec la profession de distillateur) bénéficient d’une exonération de taxes sur les 1 000 premiers degrés d’alcools purs. Ils peuvent ainsi produire 20 litres à 50 °. Ce privilège créé sous Napoléon n’est plus transmissible par héritage depuis 1959. Il est en train de s’éteindre avec les derniers détenteurs. Les personnes ne jouissant pas de ce privilège sont taxées (89 € pour 20 litres en 2020).