Concernant la répartition de tâches, ça n’est pas l’expérience qui prime, mais le niveau d’anglais. « Mon collègue allemand — qui ne sait pas changer une cartouche de graisse, mais qui parle très bien anglais — fait un travail souvent plus intéressant que moi, qui ai pourtant de l’expérience en moissonneuse-batteuse », explique Martin.

Côté budget, ses préparatifs lui ont coûté 3 500 euros (assurance, avion, organisme d’échange, passeport, etc.). Il est payé de 1 200 à 1 700 euros, selon la charge du travail. « Je suis nourri, logé, avec l’eau, l’électricité, le chauffage et le Wi-Fi. Je dispose aussi d’un véhicule, avec le plein, même pour mes sorties en ville. Aucune charge ne m’est retenue. En contrepartie, je fais tout ce qui m’est demandé, sans regarder la tâche, ni le temps passé. »