Sur la route, entre deux champs de maïs semence, Denis Laizé file. Aussi à l’aise sur son vélo couché qu’un cycliste amateur sur une bicyclette classique. Pourtant, l’affaire n’est pas gagnée d’avance. Avec son siège allongé, ses pédales à l’horizontale et son guidon sous le siège, cette version de la petite reine déroute. « Cela revient à pédaler assis...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !