Lorsque Solène entre dans le bureau de la coopérative, c’est un vent de fraîcheur qui souffle entre les hautes cellules de béton. Descendue de son fringant destrier, le télescopique qu’elle manie avec aisance, la jeune femme blonde et longiligne de vingt-deux ans fait le point avec Yannick Grayo, le chef de silo. En cette mi-août, la collecte est quasiment terminée sur le site de Château-Salins, en Moselle. Bientôt pointera...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !