Derrière la porte en bois de la dépendance, le portrait officiel de Staline côtoie un couteau Hmong et une tenue mortuaire islamiste. Des photos des conflits aux quatre coins du monde ornent les murs. L’atelier de Grégoire Deniau n’a rien d’une grange de paysan. Et pourtant…
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !