Avec 2 300 m3/habitant/an, les ressources en eau de la Chine n’atteignent qu’un tiers de la moyenne mondiale. Mais ce résultat masque de fortes disparités : le Nord, qui concentre les deux tiers des terres arables et 40 % de la population, ne peut compter que sur 14 % des ressources en eau du pays. Les villes côtières et du Nord font face à une situation de pénurie absolue selon la classification des États-Unis (moins de 500 m3/habitant/an) et près de la moitié des cours d’eau du pays se serait évaporée entre 1990 et 2011. Les nappes phréatiques sont largement surexploitées dans le Nord (approvisionnement des villes, irrigation agricole). À la pénurie s’ajoute la pollution, également plus préoccupante dans le Nord que dans le Sud. D’origine industrielle mais aussi agricole, elle touche tant les eaux de surface que les nappes phréatiques. Une petite moitié des sources seulement serait fiable pour l’approvisionnement en eau potable.