Le maître d’école Eugène Sergent (1866-1945), fils d’un simple charretier d’Orvilliers (Yvelines, alors Seine-et-Oise), incarne bien l’ascension par le mérite. Le témoignage de son fils Henri Sergent, instituteur lui aussi, et le dossier de carrière que l’académie de Versailles a conservé éclairent son parcours. Remarqué dans son village par ses aptitudes, le bon élève suit son maî...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !