« Les exigences des consommateurs ne sont pas en cohérence avec leurs achats », constate Jean-Michel Schaeffer, président de la Confédération française de l’aviculture (CFA), lors de l’assemblée générale du syndicat, le 16 octobre dernier à Paris.

À l’issue des États généraux de l’alimentation, les filières avicoles affichaient l’objectif de reconquérir le marché français.

Pourtant, « près d’un œuf sur deux achetés en supermarché provient d’un système d’élevage en cage. L’augmentation de la consommation de viande de poulet profite aux viandes d’importation, car il s’agit de moments de consommation en dehors du domicile, où les opérateurs se fournissent à l’étranger », poursuit le président de la CFA. Jean-Michel Schaeffer mise notamment sur l’étiquetage (lire également en page 15) pour inverser cette tendance.

Vincent Guyot