Le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) a livré ses recommandations, le 28 septembre, pour redonner du souffle à la filière viande de chevreau (1). En plus des lactations longues, le conseil mise sur la valorisation des chevreaux lourds pour désengorger la filière des sujets légers. La mise en place « d’un soutien public incitant à la production de ces chevreaux » et le recensement des abattoirs pouvant les prendre en charge sont jugés opportuns. Il est aussi demandé à la section caprine d’Interbev de repenser son fonctionnement et de promouvoir « un observatoire des coûts de production. » Cela constituerait une étape importante en vue du développement de la contractualisation au sein de la filière. Le CGAAER a identifié trois autres enjeux prioritaires : la formation des futurs chevriers et « l’exploration des potentialités de développement des marchés », le tout en s’appuyant sur un plan de financement pérenne.

A.C.

(1) « Viande de chevreau, filière sous tension », en page 5.