«Avec la restauration hors domicile à l’arrêt et les achats des ménages par à-coups, les opérateurs naviguent à vue », relève l’Institut de l’élevage (Idele) dans sa note hebdomadaire, le 25 mars. Le contexte de crise lié au coronavirus cause des difficultés dans le secteur de la viande bovine. Alors que la consommation se tourne vers les enseignes de distribution et la boucherie artisanale...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins maigres

L’activité d’exportation vers l’Italie se porte bien

Les sorties de la semaine sont régulières, mais elles reflètent le recul global de la production, évalué à –7 % de charolais et –3 % de limousins disponibles en avril. Cette tendance devrait se poursuivre sur le mois de mai. Le commerce se tient relativement bien, malgré l’absence d’autres marchés porteurs que l’Italie.