Dans une lettre ouverte diffusée le 29 mars 2020, la Fédération nationale bovine (FNB) adresse un « cri d’alarme » au ministre de l’Agriculture, face au manque de moyens dont disposent les éleveurs de bovins allaitants pour assurer le maintien de leur production.

Depuis le début de la crise sanitaire causée par le Covid-19, ces derniers se disent « déterminés à contribuer à l’effort collectif pour proposer aux citoyens français, en quantité suffisante et à un prix abordable, des viandes de qualité. » Seulement, « notre situation économique, beaucoup trop précaire, ne nous permettra pas de poursuivre nos activités essentielles », alerte le syndicat. « Les prix payés aux producteurs de viande bovine ont baissé la semaine dernière alors que les abattages ont augmenté », appuie Bruno Dufayet, le président de la FNB, le 30 mars.

Dans ces conditions, le syndicat demande au gouvernement d’instaurer un prix minimum payé aux éleveurs à hauteur de leurs coûts de production, et ce, pendant toute la période d’état d’urgence sanitaire.

Lucie Pouchard