Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La FNB appelle à « retenir les animaux en ferme »

réservé aux abonnés

 - -->
En semaine 15, les abattages de vaches de type « viande » ont progressé de 13 % en une semaine, selon l’Institut de l’élevage. © PHILIPPE MONTIGNY/FILIMAGES

Après un premier cri d’alerte lancé le 29 mars au ministre de l’Agriculture et resté sans réponse, la Fédération nationale bovine (FNB) hausse le ton.

Cet appel à garder les animaux dans les élevages est « malheureusement la seule option qu’il nous reste aujourd’hui », estime Bruno Dufayet, président de la FNB, dans un communiqué le 15 avril. Le syndicat, qui avait demandé le 29 mars au ministre de l’Agriculture « d’instaurer pendant toute la période d’état d’urgence sanitaire un prix minimal payé aux éleveurs à hauteur de leur coût de production », n’a reçu jusqu’alors aucune réponse de la rue de Varenne. Face à ce silence, les Éleveurs du grand Massif central, la FRSEA et JA Pays de la Loire et la Confédération paysanne, qui refusent de continuer à « brader » leurs animaux, incitent à la même mesure.

Les signaux de marché « au vert »

Selon Guy Hermouet, président de la section bovine d’Interbev, les baisses de cotations observées n’ont pas lieu d’être. « Les ventes de viandes piécées ont progressé de 14 % entre les semaines 11 et 14. Celles de viandes hachées ont grimpé de 33 % et 75 % en frais et en congelé respectivement », rapporte-t-il.

Quant aux abattages, l’Institut de l’élevage indique un rebond de 11 % en gros bovins en semaine 15 par rapport à la semaine passée.

L. Pouchard

La Réplique des artisans bouchers

« L’attitude irresponsable des acteurs de l’aval de sa filière », dénoncée par la FNB le 15 avril, a suscité le mécontentement de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie et traiteurs (CFBT). « De nombreuses boucheries artisanales sur le territoire souffrent aussi de la crise du Covid-19 », s’agace Jean-François Guihard, président de la CFBT, qui refuse que sa profession soit « assimilée de manière aussi caricaturale, et en réalité totalement fausse, aux grandes et moyennes surfaces et leurs centrales d’achat. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !