« Si l’on n’apporte pas de la valeur à nos adhérents, ils partiront », s’inquiète Philippe Auger, président d’Elvea France, lors de l’assemblée générale de l’association, le 15 octobre 2020 à Orléans (Loiret). « Il y a en face de nous des interlocuteurs qui sont très structurés. Nous devons en faire de même. »

Car son constat est sans détour. « Aujourd’hui, Elvea n’est pas un outil économique. On ne peut pas négocier les prix, les volumes, les dates de livraison ou encore la planification. » Afin de peser davantage dans la mise en marché des animaux, la création d’une association d’organisations de producteurs (AOP) est sur les rails. « Nous ferons tout pour que le projet réussisse », insiste Philippe Auger.

Signer des accords-cadres

« Le but de l’AOP sera de signer des accords-cadres nationaux, par exemple sur le label rouge, qui puissent ensuite être déclinés par OP, poursuit-il. L’AOP coule le ciment, les OP montent les murs. » Philippe Auger précise que cette structure « n’aura pas vocation à remplacer les OP et sera indépendante d’Elvea France ».

V. Guyot