Répondre aux attentes sociétales sur les questions animales et environnementales sans malmener les filières, le tout en déboursant le moins possible de deniers publics. Tel est le défi gouvernemental posé dans le titre 2 du projet de loi alimentation. Bilan après son adoption en première lecture par les députés, le 30 mai dernier : un texte touffu, quelques mesures à moindre coût ainsi qu&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !