Les différentes interprofessions des volailles de chair ont tenu cette année une assemblée générale commune. Le 21 avril à Angers (49), se sont retrouvés le CIPC (poulet), le CIP (pintade), le Cidef (dinde), le Cicar (canard à rôtir), le Synalaf (labels) et l’ATM avicole (équarrissage).

Un petit pas vers l’interprofession « volailles de chair » unique ? « Les bases sont posées, l’articulation avec les familles actée, l’écriture des statuts en cours de finalisation, a résumé Jean-Yves Ménard, président du CIPC. Mais il reste à préciser la répartition des missions entre les comités et l’interprofession, les budgets afférents et les synergies. »

Le président de la Fédération des industriels de la volaille (FIA), Gilles Huttepain, a préféré évoquer sa « surprise » face au niveau élevé des importations en 2015.

Il manque 200 000 m2

« Alors que la consommation repartait à la hausse, la production nationale n’a pas suivi, a-t-il regretté. Il a manqué 200 000 m2 de poulaillers pour cela. » Pour autant, les filières ont tiré un bilan plutôt positif de 2015 : la consommation de pintade progresse de 3 % par rapport à 2014, et celle de poulets de 4 %. Les volailles label voient une hausse des abattages de 3 %, et le canard à rôtir enregistre + 2 % de mises en place. Seule la dinde a subi un recul de son offre de 3 %.

Elsa Casalegno