Alors que la dérogation réautorisant les néonicotinoïdes sur betteraves vient d’être adoptée, le collectif La Ronce a déclaré la guerre aux grandes marques de sucre de betterave (Béghin-Say, Daddy, Saint Louis) et aux grandes surfaces qui les distribuent. Le but du collectif est d’arrêter de commercialiser ce sucre, en raison de la réautorisation des néonicotinoïdes. Sur son compte Twitter@LaRonce, le mystérieux groupe demande à ses sympathisants d’ouvrir les paquets de sucre dans les supermarchés. Il revendique 55 000 actes de ce type en une semaine. Autre mode d’action : le collectif a diffusé les numéros de téléphone des groupes sucriers. Il invite les militants anti-néonicotinoïdes à harceler les standards téléphoniques et des membres de la direction de chacune des marques ciblées.

Le mystérieux collectif explique qu’il cherche à « faire plier les multinationales » qui fabriquent ce sucre, « ou a minima, leur faire perdre des plumes ». Le magasin Carrefour qualifie cependant les dégâts d’« insignifiants ».

Renaud d’Hardivilliers