Ce lundi, une prise de décision sur l’avenir du glyphosate en Europe était attendue. La Commission européenne avait proposé aux États membres non plus une ré-autorisation du glyphosate pour neuf ans, mais une extension de l’autorisation actuelle pour douze à dix-huit mois, le temps qu’une nouvelle expertise sur sa dangerosité soit publiée : celle de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

Toujours pas de majorité qualifiée

À la proposition étaient ajoutées des recommandations d’usage, prenant en compte la nature des coformulants du glyphosate dans les spécialités commerciales, son usage en prérécolte et son usage dans les lieux publics.

Si vingt pays ont accepté la proposition de la Commission européenne, cela n’a pas suffi pour que la majorité qualifiée (1) soit atteinte, puisque des pays au plus lourd poids démographique (notamment l’Italie, la France et l’Allemagne) se sont abstenus. La prochaine étape devrait être un ré-examen du dossier par un comité d’appel. Avant le 30 juin, date de la fin d’autorisation du glyphosate sur le marché européen.

Ana Cassigneul

(1) Un minimum de 55 % des États membres et de 65 % de la population européenne.