Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Aides Pac : L’impact d’une redistribution

réservé aux abonnés

 - -->
En 2019, les exploitations ont touché © Romain Watier

Des chercheurs de l’Inrae ont chiffré l’impact sur les revenus d’une répartition différente des aides. Sans surprise, les plus gros bénéficiaires ont le plus à perdre.

Si l’objectif des pouvoirs publics était de rééquilibrer un peu les revenus entre filières, quels leviers faudrait-il actionner ? Des chercheurs de l’Inrae ont creusé la question (1).

La convergence totale, avec un DPB (droit à paiement de base) de 114 €/ha, serait défavorable aux céréaliers (- 1 600 € par exploitation en moyenne), mais favorable aux éleveurs de bovins à viande (+ 2 600 €) et d’ovins- caprins.

Si le paiement redistributif passait de 50 à 100 € sur les 52 premiers hectares, toutes les exploitations de plus de 200 ha seraient perdantes (- 2 300 € en élevage et jusqu’à - 4 000 € en céréales). Mais toutes les structures de moins de 100 ha seraient bénéficiaires (+ 1 000 € en moyenne).

Enfin, si on prélevait 8 % sur le premier pilier, soit 521 M€, cela financerait une aide forfaitaire de 4 300 € à 120 000 très petites fermes.

Pour avoir un impact redistributif significatif, ces mesures devraient être combinées, conclut l’étude. Dans ce cas, les structures de plus de 200 ha seraient les plus pénalisées, avec des pertes de 12 000 € d’aides pour les céréaliers et de 6 000 à 9 000 € pour les éleveurs de ruminants.

S. B.

(1) Retrouvez l’étude complète sur www.lafranceagricole.fr

PLusieurs leviers

L’étude montre qu’un transfert de 15 % du premier vers le deuxième pilier pour renforcer les MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques) ainsi que les aides au bio aurait un effet redistributif conséquent.

Par ailleurs, les auteurs ont aussi évalué les conséquences par filières d’écorégimes ciblés sur les prairies permanentes de même que la réduction des phytos. Un budget de 25 % du premier pilier aux écorégimes représente 5 700 € par exploitation en moyenne nationale.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !