Depuis le 1er mai 2020, les tomates, concombres, courgettes, aubergines et poivrons bio français cultivés sous serres chauffées peuvent de nouveau être commercialisés. En juillet 2019, le Cnab (1) avait, en effet, statué sur l’interdiction de la vente de ces produits entre le 21 décembre et le 30 avril derniers. Interfel, l’interprofession des fruits et légumes frais, a réalisé une étude auprès des consommateurs, « afin de s’assurer de la bonne perception de ses concitoyens sur la valeur ajoutée de cette décision ».

Les résultats ont été dévoilés le 5 mai : si 40 % des Français comprennent les objectifs environnementaux de la réglementation, seuls 13 % des Français la connaissaient et savaient précisément de quoi il s’agissait. Environ 43 % ne savent pas ou ne font pas attention au fait que les produits concernés par la mesure n’étaient pas disponibles en bio d’origine France dans les points de vente à cette période. À la lumière de ces données, Interfel insiste sur la nécessité d’informer le consommateur sur les spécificités françaises, via une communication collective. De même qu’une harmonisation des décisions entre pays de l’UE, pour éviter les distorsions de concurrence.

J. Papin

(1) Comité national de l’agriculture biologique.