Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Face aux blues et aux bleus des maires

réservé aux abonnés

 - -->
Les maires ruraux ont été les plus nombreux à répondre à la consultation nationale. © P. Gleizes

Les sénateurs proposent un plan d’action pour renforcer la sécurité des maires. Incivilités, agressions et menaces de mort sont en hausse depuis 2014.

Les maires ont le sentiment d’être seuls et « laissés en première ligne, sans moyens, pour faire respecter le droit », résume l’un d’eux.

Alors qu’il vient d’être rendu public, le rapport de la commission des lois au Sénat, menée par Philippe Bas (Les Républicains), consigne des témoignages d’élus municipaux, mais aussi des chiffres autour des attaques faites à leur encontre. Ce travail survient à la suite du décès, en août, du maire de Signes (Var), Jean Mathieu Michel, mort pour s’être opposé à un dépôt sauvage de gravats.

Caméras et amendes

La commission des lois défend ainsi la possibilité, pour les maires, de prononcer des amendes administratives. Elle préconise des orientations fermes de politique pénale en cas d’agressions d’élus, et pour l’augmentation du montant maximal des amendes en cas d’infraction, ainsi que le déploiement de systèmes de vidéoprotection et de caméras dans les communes.

Ces mesures ont été transmises au gouvernement. À quelques mois des élections municipales, Philippe Bas espère un « effet bénéfique » du rapport, pour pallier le mouvement de désaffection des candidats. Car ce climat d’insécurité ajoute, dit-il, au « blues des maires ».

Rosanne Aries

Peu de condamnations

Sur les 3 812 élus à avoir participé à la consultation, 92 % indiquent avoir été victimes d’incivilités, d’injures, d’agressions physiques ou de menaces. Dans leur pouvoir de police, près de 45 % rapportent avoir subi des agissements malveillants. À l’arrivée, les dépôts de plainte sont peu nombreux : 37 % des élus ont saisi la justice à la suite d’une attaque. Dans le même temps, seules 21 % des plaintes ont abouti à la condamnation pénale des fautifs. Pour 60 % des maires, les agissements sont devenus plus fréquents après les élections municipales de 2014.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !