La sole de production de semences biologiques a grimpé de 95 % en cinq ans pour atteindre 14 000 ha, indiquait l’UFS (1) lors de sa conférence de presse du 4 novembre dernier. « Un développement continu, qui va dans le sens des attentes françaises et européennes », a ajouté son président, Claude Tabel. Les semences de protéagineux ne sont pas en reste, avec une progression de 31 % des surfaces de multiplication sur un an. Dans une moindre mesure, les surfaces de légumineuses pour mélanges prairiaux sont elles aussi en croissance, avec une hausse de 4 % sur un an. Des tendances « probablement expliquées par la perspective du plan protéine et le besoin d’autonomie protéique dans les exploitations », selon l’UFS. Sur ce sujet, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé le 6 novembre, lors de l’assemblée générale du syndicat semencier, une enveloppe de 5 M€ pour les recherches sur les variétés riches en protéines, dans le cadre du plan de relance.

R. B. et I. E.

(1) Union française des semenciers.