«Nous avons chiffré à 120 jours supplémentaires le besoin en fourrage pour certains éleveurs fortement touchés par la sécheresse », estime Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA. Pour beaucoup, les pertes sont importantes. Une centaine d’exploitations ayant souscrit un contrat d’assurance des prairies ont d’ores et déjà reçu un acompte, pour un montant global d’environ 400 000 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !