Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Salmonelle : quel impact pour les éleveurs Lactalis ?

réservé aux abonnés

 - -->
Plus de 12 millions de boîtes de lait infantile sont concernées par la procédure de rappel © AP/SIPA

Emmanuel Besnier a promis l’absence de conséquences sur le prix payé aux producteurs, sans apporter de réelles garanties.

Il était attendu au tournant. Emmanuel Besnier, le très discret patron de Lactalis, a rompu le silence, dans une interview donnée au Journal du dimanche (JDD) le 14 janvier dernier. Une première depuis sa prise de fonction en 2000.

« Je n’ai peut-être pas pris le temps nécessaire pour expliquer les choses », y concède-t-il, au sujet de la contamination de l’usine de Craon. Avant d’affirmer qu’« ici, en Mayenne, c’est le travail d’abord, la parole après. » Emmanuel Besnier évoque également une étonnante proximité avec les éleveurs. « Nous avons 10 000 producteurs de lait, c’est compliqué de les connaître tous. Mais mes équipes et moi-même avons des contacts réguliers avec eux. » Les principaux intéressés jugeront…

Le 15 janvier, le patron de Lactalis s’est aussi entretenu avec le syndicalisme majoritaire. « Nous avons obtenu l’affirmation que la matière première lait n’est pas à l’origine du problème rencontré avec la salmonelle, a affirmé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, sur les ondes d’Europe 1. La responsabilité des producteurs est donc écartée. » Pour les éleveurs livrant leur lait à Craon, « la collecte sera maintenue, quelle que soit la durée de l’arrêt du site. L’usine sera réorganisée et modernisée, et non pas fermée . »

« Pas de baisse du prix »

La principale inquiétude des éleveurs réside dans les possibles conséquences de cette affaire sur leur paie de lait. « Il n’y aura pas d’impact sur le prix payé aux producteurs, atteste Christiane Lambert. Nous l’avons fait affirmer plusieurs fois par le patron de Lactalis ainsi que par les personnes qui l’accompagnaient. »

Pour la présidente de la FNSEA, « les éleveurs n’ayant pas de responsabilité dans cet accident sanitaire, ils ne comprendraient pas que cela remonte jusqu’à eux. » Une promesse confirmée par Michel Nalet, porte-parole de Lactalis. « Nous n’allons pas présenter un décompte du coût de cet événement (qui n’est à ce jour pas établi, N.D.L.R.), et l’appliquer sur la paie de lait ». Mais comment s’assurer de la bonne volonté de l’industriel mayennais ? « Nous serons attentifs à l’évolution du prix du lait payé par Lactalis dans les mois à venir, prévient Thierry Roquefeuil, président de la FNPL (1). Nous la comparerons avec la moyenne française. ».

Vincent Guyot

(1) Fédération nationale des producteurs de lait.

Le site de Craon

L’usine emploie 327 salariés dont 250 sont au chômage technique suite à l’arrêt de la production. Près de 600 éleveurs y livrent leur lait.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !