a la suite de la décision d’autorisation du glyphosate pour dix-huit mois, prise le 28 juin, la Commission européenne avait dit s’atteler à faire adopter les conditions de restrictions de son usage par les États membres (1). Voilà qui est fait : le 11 juillet, des restrictions d’usage dans les jardins et parcs publics et d’utilisation de « certains co-formulants » ont été votées au sein d’un comité de la Commission.

Si la nature et les moyens de ces restrictions ne sont pas très détaillés pour le moment, il semble que l’usage en prérécolte des céréales, qui était précédemment envisagé par Bruxelles (lors des votes du 6 et du 24 juin dernier), ne soit pas concerné par le vote du 11 juillet. Les « adjuvants » interdits devraient être les POE-tallowamine, qui ont fait l’objet d’une récente interdiction en France.

Ces restrictions sont valables jusqu’à la publication d’un avis scientifique de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa), au plus tard le 31 décembre 2017. L’Echa évalue actuellement les effets sanitaires du glyphosate.

Ana Cassigneul

(1) Voir La France agricole n° 3651, du 8 juillet 2016, page 22.