Les résultats du plan de contrôle des résidus chimiques des animaux de boucherie, réalisés par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) au cours de la campagne de 2020, viennent de paraître. Sur les 25 547 échantillons prélevés à l’abattoir, « très peu de non-conformités ont été observées », rapporte Culture Viande, le syndicat des entreprises de l’abattage-découpe, dans sa lettre hebdomadaire publiée le 18 janvier.

Les analyses concernaient la recherche de promoteurs de croissance, de substances interdites ou indésirables, de type chloramphénicol et d’hormones (34 % des prélèvements), ainsi que de résidus de médicaments vétérinaires, de type antibiotiques et anti-inflammatoires (33 % des prélèvements). En bovins, la proportion globale de non-conformités reste faible (0,12 %) et s’affiche en légère diminution par rapport à 2019. En porcs, elle s’établit à 0,09 %. En filières ovine, caprine et équine, cette proportion est également faible, de respectivement 0,83 % et 0,8 %, et stable depuis 2017, indique Culture Viande.

L. P.