Les services de remplacement ont dû faire face en 2017 à la montée en puissance de l’aide au répit. La mesure prévoyait de financer le remplacement, sur son exploitation, d’un agriculteur en situation d’épuisement professionnel, durant au moins sept jours. Et pour financer cette prise en charge, le gouvernement avait prévu un budget à hauteur de 4 000 agriculteurs bénéficiaires, au maximum. Seulement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !