Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, propose de garantir dans le futur « système universel » un minimum de retraite égal à 85 % du Smic net, contre 81 % pour les salariés actuellement et 75 % pour les agriculteurs, dans son rapport rendu public le 18 juillet.

Ce système doit être mis en place en 2025 et concerne les futurs retraités.

Ce nouveau minimum « bénéficiera notamment aux exploitants agricoles, aux artisans, aux commerçants et aux personnes, souvent des femmes, qui ont durablement travaillé à temps partiel », précise Jean-Paul Delevoye, dans les préconisations qu’il a remis au Premier ministre.

Ce niveau « permettra de valoriser le travail, avec un écart plus significatif qu’aujourd’hui avec le minimum vieillesse », dont le montant doit être porté à 903 € au début de 2020.

Ces préconisations serviront de base au projet de loi réformant les retraites, attendu en Conseil des ministres à la fin de l’année, avant un examen au Parlement au cours du premier semestre 2020.

Aurore Cœuru