Le paysage de l’apprentissage comptera-t-il moins de Centres de formation des apprentis (CFA) demain ? C’est l’une des questions que s’est posée la table ronde organisée par le Conseil national de l’enseignement agricole privé (Cneap), lors de son congrès du 22 mars, à Marne-la-Vallée. Après les annonces des 9 février et 5 mars de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur la transformation de l’apprentissage et de la formation professionnelle, des inquiétudes demeurent.

Pilotés jusque-là par les Régions, les CFA verraient, selon le projet, leur gestion transférée aux branches professionnelles. C’est une erreur, selon Gilles Mergy, directeur général de l’association des Régions de France. « De nombreux CFA seront menacés de disparaître parce qu’ils n’atteindront pas un équilibre économique », prévient-il. Sans l’aide financière, les CFA les plus fragiles pourraient être les premiers à disparaître. Les différents intervenants ont souligné que les CFA devront avoir le souci d’attirer davantage d’apprentis, tout en diversifiant leur offre de formation.

Alexis Marcotte

Au micro : Gilles Mergy, directeur général des Régions de France. © a. m.